Un rêve de fleurs... des fleurs de rêve !

Après plusieurs années passées dans les champs – comme ouvrière agricole polyvalente, à effectuer différentes saisons de cueillette, de récolte et de tri dans des fermes très différentes – j’ai décidé de m’installer à mon compte.
Me voilà donc en route pour une formation adulte en maraîchage bio, quelques stages et de nombreuses rencontres. Avec en moi ce rêve de fleurs…
Au début de l’année 2019, je rencontre un paysan qui me propose un accès à sa terre, alors je fais le grand saut et me lance dans la production de fleurs à couper.

Sensible à l’écologie, et face à ma volonté de préserver l’environnement, je fais le choix d’une agriculture biologique paysanne, sur une petite surface. J’utilise des méthodes en adéquation avec mes valeurs : mise en place d’une grande couche chaude pour produire moi-même tous mes plants, utilisation de BRF et de fumier pour couvrir mon sol et en améliorer la structure, utilisation d’engrais verts, intégration de la biodiversité par la culture de nombreuses variétés, la reproduction des semences, l’arrosage au goutte-à-goutte, l’achat groupé de matériel agricole…

Mon circuit de vente est le plus « vert » possible : j’expose sur les marchés locaux, effectue un maximum de vente directe, ce qui favorise la fraîcheur de mes fleurs quand elles arrivent dans votre panier. La traçabilité de mon produit est garantie puisque j’effectue moi-même toutes les étapes, de la graine à la fleur, en passant par la culture, l’entretien, la cueillette, le conditionnement, la confection des bouquets et la vente.

En choisissant mon produit, vous encouragez une jeune agricultrice en culture biologique.

Bannière

Des fleurs bio, mais pourquoi ?

Les fleurs coupées qui arrivent sur le marché français proviennent à 80% d’importation du monde entier, dont les principaux producteurs sont le Kenya, l’Éthiopie et l’Équateur. Le mode de production y est intensif et les conditions des travailleurs désastreuses.

Plusieurs scientifiques ont réalisé des études qui en témoignent :

Dans un article publié dans 60 millions de consommateurs, des résultat d’analyses effectuées en laboratoire sur des roses de dix grandes enseignes françaises révèlent un résultat alarmant : une quinzaine de produits en moyenne (fongicide, insecticide…) ont été trouvés dans chaque fleur.

Une autre étude menée en Belgique, parue dans On n’est pas des pigeons, réalisée par Bruno Schiffers du laboratoire de Phytopharmacie de Gembloux en 2016, révéla 97 substances différentes sur les roses belges !

Les recherches à ce sujet sont nombreuses, certaines toujours en cours. Elles démontrent également que la traçabilité est souvent compliquée, la prévention et la protection des employés inexistantes, les ressources en eau surexploitées…

Un consommateur ne peut imaginer qu’en offrant un bouquet de fleurs, il contribue à la destruction des abeilles, des coccinelles et à l’affaiblissement de la biodiversité.

Le collectif de la fleur française

Je suis adhérente au Collectif de la fleur française, qui rassemble de nombreux producteurs et fleuristes partageant mes valeurs, en s’inspirant du mouvement Slow Flower.

Pour en savoir plus, visitez collectifdelafleurfrancaise.com




Nature & Progrès

Les fleurs de Prune pratique une agriculture biologique respectueuse des hommes, des animaux, des plantes et de la planète en accord avec la mention Nature & Progrès.

L’association de producteurs, transformateurs et consommateurs, Nature & Progrès, à été fondée en 1964 par des hommes et des femmes à la recherche d’un modèle alternatif à l’agro-industrie, celui d’une agriculture biologique et paysanne.

Pour en savoir plus, visitez www.natureetprogres.org